< Retour

Augmentation des prix du papier : comment réduire ses coûts?

September 9, 2022

Dans un contexte d’inflation galopante induite par une guerre en Ukraine qui fait rage et une économie qui se remet péniblement de deux années de pandémie marquées par des arrêts d’usines de production, l’industrie papetière n’a pas échappé aux aléas économiques récents.

L’industrie papetière regroupe tous les acteurs travaillant dans la fabrication de pâtes à papier, de papier et cartons à partir du bois ou d’autres fibres.

En 2017, la production mondiale de cette industrie se situait à près de 420 millions de tonnes de papiers et cartons. Les principaux pays producteurs sont la Chine, les États-Unis et le Japon, alors que la France n’arrive que treizième en produisant plus de 8 millions de tonnes de papiers par an. En France, plus de la moitié de la production était dédiée aux papiers d’emballage et près d’un quart aux papiers à usages graphiques.

Comment expliquer l’augmentation du coût du papier ces derniers mois ? 📈

D’abord, quelques chiffres clés :

  • 1 300$ la tonne : c’est le coût de la pâte à papier aujourd’hui, ce qui représente le premier impact sur le prix papier
  • Hausse de 45% des prix du papier en moins de 6 mois

Exemple de l’impact réel : La voix du Nord consomme 12 000 tonnes de papier par an. En moins de 18 mois soit depuis janvier 2021 les prix ont augmenté de plus de 300 € par tonne. Aujourd’hui  on frôle les 800 € la tonne de papier journal. En une année, cela représente 3,6M € de dépenses en plus pour le journal.

Source : France Inter - 14 juin 2022. Prix du papier : vos journaux menacés

Source de l’image : https://www.bookletsprint.fr/blog/crise-du-papier-point-sur-la-situation-fin-avril-2022-1-2/

Pourquoi le prix du papier augmente-t-il ?

  • 🦠 Une chaîne d’approvisionnement cassée  - La Covid-19 et les confinements.

La première raison qui vient souvent à l’esprit lorsque l’on parle de pénurie ou de hausse des prix c’est évidemment la pandémie ! L’industrie du papier n’a pas échappé aux confinements qui ont eu un double impact : d’une part sur l’augmentation de la demande en papier due à une hausse soudaine des achats en ligne et des livraisons à domicile qui s’accompagnent souvent d’emballages en papier. Et d’autre part l’industrie a été contrainte en parallèle de jongler avec les confinements impliquant des ralentissements d’activité (moins de main d’oeuvre, livraisons retardées en provenance de Chine…). Avec la reprise de la consommation après les confinements, la demande de papier a augmenté fortement et soudainement, causant des difficultés de transport et d'approvisionnement en matières premières.

  • 💰 Le coût de l’énergie - La guerre en Ukraine : souvent accablée pour la hausse des prix, qu’en est-il vraiment ?

La guerre a déclenché un arrêt de l’approvisionnement russe en gaz pour l’Europe entrainant ainsi une hausse des prix sur le continent pour qui le gaz russe représentait 45% de ses importations de gaz naturel. Ce coût de l’énergie se répercute donc sur la production de papier, très énergivore car la pâte à papier est composée à 98% d’eau et doit être séchée.

En effet, on estime qu'il faut 300 000 litres d'eau et l'équivalent énergétique de 2 000 litres de pétrole pour produire environ 1 tonne de papier. Et la consommation énergétique atteint 5 000 kWh pour fabriquer une tonne de papier.

Sources : UFC que choisir et ConsoGlobe

  • 🗞 Le retour du papier ! D’abord perçu comme ringard le papier est de nouveau au goût du jour. Quelles en sont les causes ?
  • Suite aux confinements nous lisons plus qu’avant. Et avec le Pass Culture certains genres de littérature ont explosé : les ventes de manga ont augmenté de +124% en 2021.
  • L’essor de l’e-commerce a exercé une forte pression sur le secteur avec un besoin croissant pour le carton et le papier (emballage, protection…). Simple exemple : depuis la Covid-19 les livraisons de nourriture ont doublé.
  • La concurrence du carton avec le remplacement progressif du plastique : le carton se substitue peu à peu au plastique qui est banni des emballages (au fast-food par exemple). Mais il rentre alors en concurrence directe avec le papier pour l’utilisation de la pâte à papier.

Quelles solutions pour diminuer ses coûts liés au papier ?

  1. Produire moins, produire plus intelligemment

Face à la hausse des commandes en ligne (qu’il s’agisse des biens de consommation ou des repas), une diminution des emballages inutiles est de mise. Nous nous sommes tous déjà retrouvés avec plusieurs emballages en papier kraft pour un seul hamburgers et quelques frites, en faisant le constat de l’absurdité d’un tel emballage. Cette surconsommation de papier constitue un double coût : environnemental et financier.

Il s’agit donc de prendre du recul sur nos réflexes de production

  1. Digitaliser

Si dans certaines industries comme les journaux, le papier est indispensable, beaucoup de secteurs d’activités peuvent en réalité optimiser leur fonctionnement classique et passer à des méthodes permettant de réduire drastiquement leurs coûts liés au papier.

La meilleure solution : la numérisation ! Face à une hausse de leurs coûts, certains journaux ont été forcés de réduire le nombre de pages imprimées et de s’appuyer sur leur version en ligne. Mais loin d’être une simple contrainte, c’est une réelle opportunité qui se présente. En effet le format numérique permet de diversifier le contenu et de l’enrichir de vidéos et d’images interactives.

La digitalisation peut toucher tous les domaines : allant des guides en papier de musée remplacés par des QR codes à des menus de restaurants.

Et pour le mode d’emploi ?

Il va de soi que l’augmentation des coûts du papier va avoir un impact direct sur les coûts de production des modes d’emploi papier. Quand on sait qu’un mode d’emploi compte en moyenne plusieurs dizaines de pages, il y a lieu de s’inquiéter !

Mais vous pouvez toujours décider de digitaliser vos modes d’emploi ! Pour cela Pimster vous propose une plateforme dédiée à la numérisation de vos manuels, pour les rendre dynamiques et accompagnés de vidéos et d’images.